CAR: EU donors must prioritize accountability

There is a climate of impunity in CAR, where members of armed groups and militias alleged to have committed appalling human rights abuses and crimes under international law, move freely throughout the country and continue to fuel violence

Version française ci-dessous

AMNESTY INTERNATIONAL

PRESS RELEASE

15 November 2016

CAR: EU donors must prioritize accountability

– Spokespeople available

European Union (EU) member states and all donors attending the Brussels Conference for the Central African Republic (CAR) on 17 November must take concrete steps to end impunity in CAR, as a deteriorating security situation threatens to plunge the country into yet more deadly violence, Amnesty International said today.

“There is a climate of impunity in CAR, where members of armed groups and militias alleged to have committed appalling human rights abuses and crimes under international law, move freely throughout the country and continue to fuel violence,” said Ilaria Allegrozzi, Amnesty International’s Central Africa Researcher.

“Without accountability for past and current crimes, the pattern of conflict will continue in CAR. Leaders of EU member states must provide strong political and financial support for the fight against impunity, including by strengthening the Special Criminal Court and rebuilding the national justice system.”

A lawyer in the capital Bangui told Amnesty International in October that the level of impunity had “almost reached a point of no return”.

Despite peaceful elections in December 2015 and February 2016, the security situation has sharply deteriorated since September 2016. Armed groups have launched numerous attacks killing dozens of civilians in Bangui and across CAR, including internally displaced persons (IDPs) under UN protection.

The attacks have also restricted the delivery of basic services including food, shelter and health provided by humanitarian agencies to tens of thousands of people. One of the most serious attacks took place in the northern city of Kagabandoro on 12 October, when ex-Séléka fighters from at least two different factions killed at least 37 civilians, injured 60, and set an IDP camp on fire.

The May 2015 Bangui forum – which brought together Central African leaders  from the transitional government and various other groups – made strong recommendations on the importance of the fight against impunity, including the establishment of a Special Criminal Court.

Delegates rejected any claim to immunity or amnesties for those allegedly responsible for crimes under international law and signed a Disarmament, Demobilization and Reintegration (DDR) agreement. While some steps have been taken to implement these recommendations, much remains to be done.

Outside Bangui justice is largely absent, with seven high courts out of 24 and one appeal court out of three non-operational. There is a desperate need to rebuild CAR’s criminal justice system, to address the lack of judicial staff, the scarcity of material and financial resources for the judiciary, and the lack of protective measures for victims and witnesses.

These and other structural weaknesses of the CAR justice system surfaced during the latest criminal trial sessions held in Bangui between August and September 2016. Only one victim testified during this session, a clear result of the lack of protective measures for both victims and witnesses. During this session, several perpetrators charged in conflict-related cases were acquitted or convicted on minor charges and released after being credited for time served.

Until the national justice system can be adequately restored, in the short term, Amnesty International considers that strengthening the Special Criminal Court must be a priority for the CAR government and donor states in the EU and elsewhere.

“This is a crucial opportunity for the EU to commit to addressing root causes of the bloody and intractable conflict in CAR. While there have been positive developments in the last few months, including the holding of largely peaceful elections, CAR cannot truly move towards peace until there is accountability for crimes under international law,” said Ilaria Allegrozzi.

Amnesty International also calls on international donors to address other initiatives including security sector reform, truth and reconciliation commissions, programmes to disarm, demobilize, reintegrate and repatriate armed groups and militias, and investments to promote socio-economic development.

Background

An internal armed conflict in CAR has been raging since late 2012, when the mostly Muslim Séléka armed coalition took power, committed serious abuses and plunged the country into crisis. In response, the mainly Christian and animist anti-Balaka militia groups mobilized and carried out horrific attacks against the civilian population, including Muslims.

In July 2014, Amnesty International released a report Time for Accountability, which named 21 individuals from all parties to the conflict that the organization believed should be investigated for crimes under international law, including war crimes and crimes against humanity, and arrested and prosecuted if sufficient evidence was produced. More than two years on, the overwhelming majority of these individuals remain at large.

In June 2015, CAR’s transitional President promulgated a law establishing a Special Criminal Court within the national judicial system, comprised of national and international judges, to investigate and prosecute the most serious crimes committed in the country since 2003, including genocide, war crimes and crimes against humanity. The appointment of the international Special Prosecutor of the Court is expected to take place before the end of the year.

For more information or to arrange an interview please contact

Alison Abrahams in Brussels on [email protected] +32 2 548 27 73

Or Olivia Tchamba in Amnesty International West and Central Africa Office, Dakar (Senegal) on +221 78 160 38 97 or Email: [email protected]; Twitter: @amnestyWaro

AMNESTY INTERNATIONAL

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

AILRC-FR

15 novembre 2016

République centrafricaine. Les donateurs de l’UE doivent accorder la priorité à l’obligation de rendre des comptes

– Porte-parole disponible

Les États membres de l’Union européenne (UE) et tous les donateurs réunis lors de la Conférence de Bruxelles pour la République centrafricaine le 17 novembre doivent prendre des mesures concrètes en vue de mettre un terme à l’impunité, car la dégradation de la situation en termes de sécurité menace de plonger le pays dans une nouvelle vague de violence encore plus meurtrière, a déclaré Amnesty International vendredi 15 novembre 2016.

« Il règne un climat d’impunité en République centrafricaine, où les membres de groupes armés et de milices soupçonnés d’avoir commis de terribles exactions et des crimes relevant du droit international circulent librement dans le pays et entretiennent la violence, a déclaré Ilaria Allegrozzi, chercheuse sur l’Afrique centrale à Amnesty International.

« Sans obligation de rendre des comptes pour les crimes présents et passés, les lignes de conflit perdureront en République centrafricaine. Les dirigeants des États membres de l’UE doivent apporter un soutien politique et financier à la lutte contre l’impunité ; il faut notamment consolider la Cour pénale spéciale et reconstruire le système judiciaire. »

Un avocat de la capitale Bangui a déclaré à Amnesty International en octobre que le niveau d’impunité avait « presque atteint un point de non-retour ».

Après des élections pacifiques en décembre 2015 et février 2016, la situation en termes de sécurité se dégrade fortement depuis septembre 2016. Les groupes armés ont lancé de nombreuses attaques, tuant des dizaines de civils à Bangui et dans toute la République centrafricaine, y compris des personnes déplacées sous protection de l’ONU.

Ces agissements ont également limité la livraison de services élémentaires – nourriture, logement et santé notamment – que fournissent les organismes humanitaires à des dizaines de milliers de personnes.

L’une des pires attaques s’est déroulée dans la ville de Kagabandoro, dans le nord du pays, le 12 octobre. Des combattants ex-Séléka d’au moins deux factions différentes ont tué au moins 37 civils, en ont blessé 60, et ont incendié un camp pour personnes déplacées.

Le forum de Bangui en mai 2015 – qui a rassemblé les dirigeants du gouvernement de transition et de divers autres groupes – a formulé de fortes recommandations concernant la nécessité de lutter contre l’impunité, notamment en créant une Cour pénale spéciale.

Les délégués ont rejeté toute requête d’immunité ou d’amnistie pour les responsables présumés de crimes relevant du droit international et ont signé un accord sur le Désarmement, la démobilisation et la réintégration (DDR). Si des mesures ont été prises pour mettre en œuvre ces recommandations, il reste encore beaucoup à faire.

En dehors de Bangui, la justice est largement absente, sept hautes cours sur 24 et une cour d’appel sur trois n’étant pas opérationnelles. Le besoin est criant de reconstruire le système pénal en République centrafricaine, afin de remédier au manque de personnel judiciaire, à la pénurie de matériel et de ressources financières pour la justice, et à l’absence de mesures de protection des victimes et des témoins.

Ces éléments et d’autres lacunes structurelles du système judiciaire centrafricain sont apparus durant les dernières audiences criminelles tenues à Bangui entre août et septembre 2016. Seule une victime est venue témoigner lors de cette session, conséquence flagrante de l’absence de programme de protection des victimes et des témoins. Plusieurs accusés inculpés dans des affaires liées au conflit ont été acquittés ou reconnus coupables d’infractions mineures et libérés, leur temps passé en détention ayant été pris en compte.

En attendant que le système judiciaire soit pleinement remis sur pied, Amnesty International estime que le gouvernement centrafricain et les États donateurs, entre autres ceux de l’UE, doivent accorder la priorité au renforcement de la Cour pénale spéciale.

« L’UE doit saisir cette occasion de s’engager à porter remède aux causes profondes du conflit centrafricain, sanglant et tenace. Certes, des événements positifs ont eu lieu ces derniers mois, notamment la tenue d’élections globalement pacifiques. Toutefois, la République centrafricaine ne pourra pas avancer vers la paix tant que l’obligation de rendre des comptes pour les crimes de droit international ne sera pas mise en œuvre », a déclaré Ilaria Allegrozzi.

Enfin, Amnesty International demande aux donateurs internationaux d’apporter leur contribution à d’autres initiatives – réforme du secteur de la sécurité, commissions vérité et réconciliation, programmes de désarmement, démobilisation, réintégration et rapatriement des groupes armés et milices, et investissements visant à promouvoir le développement socio-économique.

Complément d’information

Un conflit armé interne fait rage en République centrafricaine depuis 2012, lorsque la coalition armée de la Séléka, majoritairement musulmane, s’est emparée du pouvoir, a perpétré de graves violations des droits humains et a plongé le pays dans la crise. En réaction, les milices anti-Balaka, majoritairement composées de chrétiens et d’animistes, se sont mobilisées et se sont livrées à de terribles attaques contre la population civile, notamment contre les musulmans.

En juillet 2014, Amnesty International a publié un rapport, intitulé Il est temps de rendre des comptes, dans lequel elle citait les noms de 21 personnes issues de toutes les parties au conflit qui devraient faire l’objet d’une information judiciaire pour des crimes au regard du droit international, notamment des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, et être arrêtées et poursuivies si les éléments à charge étaient suffisants. Plus de deux ans après, la plupart de ces personnes n’ont pas été inquiétées.

En juin 2015, le président du gouvernement de transition a promulgué une loi portant création d’une Cour pénale spéciale au sein du système judiciaire centrafricain, composée de magistrats centrafricains et de magistrats internationaux, afin d’enquêter et d’engager des poursuites pour les crimes les plus graves perpétrés dans le pays depuis 2003, notamment les actes de génocide, les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité. Le procureur spécial international de la Cour devrait être nommé avant la fin de l’année.

Pour obtenir de plus amples informations ou organiser un entretien, vous pouvez prendre contact avec

Alison Abrahams à Bruxelles via [email protected] +32 2 548 27 73

Olivia Tchamba, au Service de presse d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et centrale à Dakar, au Sénégal : +221 78 160 38 97 ou [email protected] ; Twitter : @amnestyWaro.